Grimpantes

  • Jardins2mu s'en va

     

    Oui je pars.... ADIEU

    Lire la suite

  • Passiflore, détails techniques

    Voici ce que cela donne depuis le salon chez nous... J'aurais bien gommé les tours mais ça n'aurait plus été réaliste du tout.

    avril_mai08 052 - Copie.JPG


    Famille : Passifloracées

    Origine : Amérique du sud

    Période de floraison : été

    Couleur des fleurs : bleu et blanc, mauves, violettes, roses.....

    Exposition : soleil

    Type de sol : riche en humus

    Acidité du sol : neutre

    Humidité du sol : normal, paraît-il.... elles piccolent, oui ! En plein soleil il faut arroser tous les jours [j'aimerais bien brancher mon arrosoir en tortillon... c'est difficile de se fabriquer une arrivée d'eau supplémentaire pour ne pas déranger l'organisation déjà fastidieuse de mon intérieur ? En plus, ça gaspillerait moins d'eau que de me trimballer telle une cosette de banlieue, un arrosoir de 3 litres giclant au pied qu'il me faut remplir parfois 6 fois]

    Utilisation : muret, pergola, treillage, bac, tipi, croisillons, clous....

    Hauteur : 5 m

    Type de plante : plante grimpante

    Type de végétation : vivace

    Type de feuillage : caduc

    Rusticité : -12°C, à planter à l'abri du froid et à protéger dans les régions nord

    Plantation, rempotage : printemps

    Méthode de multiplication : bouturage, technique très facile, 4 graines ont généré des centaines de plants [détails en fin de page]
    Taille : taillez les tiges disgraçieuses, j'avoue que ça m'est difficile, mais en extrayant quelques pousses et en rajoutant régulièrement terre et engrais parce que, déjà, je ne peux plus le rempoter, ça compense

    Maladies et insectes nuisibles : les pucerons (perso j'en ai jamais vu dessus, pourtant y'en a ailleurs dans d'autres plantes)

    Toxicité : Vertus sédatives

    Le genre comprend plus de 500 espèces et variétés intéressantes :
    - Passiflora Alata aux fleurs rouges et au parfum enivrant
    - Passiflora caerulea, aux fruits comestibles , Grandiflora aux grandes fleurs
    - Passiflora Amethyst résiste à des températures pouvant approcher les 0°C, fleurs pourpres
    - Passiflora antioquiensis aux fleurs roses au bout d'un long tube
    - Passiflore Purplehaze
    - Passiflora coccinea la grenadille rouge
    - Passiflora edulis appellé communément fruit de la passion, Maracudja (en Guyane) ou Grenadille pourpre selon les régions
    - Passiflora quadrangularis ou Grenadille géante aux fleurs portant une couronne de filaments striés
    - Passiflore racemosa ou Passiflore rouge aux fleurs de couleur rouge vif
    - Passiflore Victoria

    avril_mai08 062 - Copie.JPG



    * Technique de bouturage de passiflore

  • Passiflore, histoire

    Le nom de passiflore vient de ce que la fleur est supposée rappeler la Passion du Christ.
    Les filaments au centre sont censés représenter la couronne d'épines, d'autant plus qu'ils seraient au nombre de 72, précisément le nombre d'épines, à ce qu'il paraît, qui ornaient la couronne du Christ.
    De son côté, avec ses trois styles, le pistil représenterait les trois clous utilisés pour sa crucifixion tandis que les cinq étamines teintées de rouge à la base symboliseraient les cinq plaies. Enfin, la feuille à la pointe aiguë représenterait la lance et sa face inférieure, marquée de taches rondes foncées, les 30 pièces d'argent que le perfide Judas reçut pour avoir trahi son maître.

    On attribue cette légende ainsi que l'origine du nom de la plante, à Jacomo Bosio, moine scolastique italien qui, en 1609, alors qu'il piochait dur mais sans grand résultat sur son traité consacré à la croix et au calvaire du Christ, eut la chance inouïe de rencontrer Emmanuel de Villegas, moine mexicain en voyage à Rome qui avait en sa possession des illustrations d'une fabuleuse fleur, alors parfaitement inconnue en Europe.

    maijuin08 004 - Copie.JPG


    D'abord sceptique quant à l'existence d'une telle merveille, Jacomo Bosio dut se rendre à l'évidence car d'autres personnes ayant voyagé dans ce qu'on appelait encore à l'époque la nouvelle Espagne, confirmèrent les dires du moine mexicain.
    Absolument ravi, le moine érudit trouva là l'occasion unique non seulement d'enjoliver son traité et, par là, de lui donner un petit coup de pouce publicitaire, mais également d'apporter la preuve absolue de l'existence du Christ et de sa Passion, car Dieu son Père n'avait-il pas justement mis volontairement sur le chemin de l'Homo désespérément incredulus cette fabuleuse fleur arborant les symboles du calvaire réunis?

    La foi du moine a de quoi édifier parce que, pour nous simples mortels encore attachés aux plaisirs de ce monde, la fleur de la plante rappelle tout sauf la Passion du Christ.
    Avec ses organes de reproduction démesurés qu'elle expose sans la moindre pudeur et le parfum capiteux qu'elle dégage, on tomberait plutôt ici dans le domaine de la passion humaine.....